Accueil
 chercher             Plan du site             Info (English version) 
L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.Les listes de discussions XMLfr sont à votre disposition pour réagir sur nos articles ou simplement poser une question.Si vous ètes passionnée(e) par XML, pourquoi ne pas en faire votre métier ?XMLfr n'est heureusement pas le seul site où l'on parle de XML. Découvrez les autres grâce à XMLfr et à l'ODP.Les partenaires grâce auxquels XMLfr peut se développer.Pour tout savoir sur XMLfr.XMLfr sans fil, c'est possible !Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus sur XML.L'index du site.
 Manifestations XML francophones et internationales.L'actualité des affaires et stratégies XML.L'actualité des technologies XML.Les nouveautés et l'actualités de notre site.Pointeurs sur l'actualité XML sur d'autres sites, en français comme en anglais.


Babel et OWL pour un monde multipolaire

Répondez à cet article.

En vérité, le drame de Babel n'est pas la perte du langage originel donné par Dieu aux hommes, mais le fait que les corps de métier ne se comprenaient pas, faute d'un mapping entre leurs langages professionnels !

Extrait de VendrEDI, la lettre mensuelle gratuite de Claude Chiaramonti qui porte sur les données des échanges électroniques en EDI, XML et Web Services. Pour s'abonner : courrier.vendredi@club-internet.fr.
jeudi 9 octobre 2003

Pour éviter la babélisation, il y a donc deux solutions : soit le langage universel du genre d'UBL (Universal Business Language), soit des outils de mapping au niveau sémantique pour assurer la correspondance entre les données des corps de métier tout en respectant leur diversité conceptuelle. Cette correspondance entre données est précisément l'objectif d'OWL (Web Ontology Language), dérivé des projets américain DAML et européen OIL qui vient d'acquérir le statut de candidate recommandation, ce qui signifie que, pour le W3C, OWL est assez stable pour justifier des implémentations.

OWL est ainsi la clef de voûte d'outils ayant à la base XML et RDF. OWL comporte trois niveaux de complexité croissante, d'OWL Lite à OWL Full pour disposer d'une syntaxe et d'un vocabulaire étendu et précis décrivant les propriétés et les classes comme les relations des classes entre elles. Deux exemples d'utilisation, dans les domaines du transport et de la recherche biologique. Une extension progressive d'OWL à d'autres domaines est souhaitée par le W3C, avec la possibilité de formaliser les points de contact sémantiques entre domaines.

Se dessine ainsi la possibilité d'un monde multipolaire (et pourquoi pas multilingue), où les sémantiques seraient reliées, SI BESOIN, évitant ainsi la fameuse babélisation. OWL rendrait inutile l'uniformisation rampante qui suivrait le recours à UBL, déjà repris dans un BABL de Berkeley : en effet, OWL, outil du Semantic Web, vise à rendre le Web machine readable, y compris pour de l'e-business automatisé comme les Services Web.

D'ailleurs SWWS (Semantic Web Enabled Web Services), projet européen IST avec Oracle, mais sans francophones, étudie RDF et OWL comme framework pour la partie sémantique des Services Web et la convergence SW et WS. L'e-business peut, certes, utiliser le messaging d'ebXML, mais sans se couper, au niveau sémantique, du reste du monde. Et l'EDI installé aurait intérêt à vérifier que la formalisation de sa sémantique pourrait être améliorée par OWL.

Autres articles :

Copyright 2003, Claude Chiaramonti, EDItorialiste de VendrEDI.


 

Mots clés.



L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.


Les documents publiés sur ce site le sont sous licence "Open Content"
Conception graphique
  l.henriot  

Conception, réalisation et hébergement
Questions ou commentaires
  redacteurs@xmlfr.org