Accueil
 chercher             Plan du site             Info (English version) 
L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.Les listes de discussions XMLfr sont à votre disposition pour réagir sur nos articles ou simplement poser une question.Si vous ètes passionnée(e) par XML, pourquoi ne pas en faire votre métier ?XMLfr n'est heureusement pas le seul site où l'on parle de XML. Découvrez les autres grâce à XMLfr et à l'ODP.Les partenaires grâce auxquels XMLfr peut se développer.Pour tout savoir sur XMLfr.XMLfr sans fil, c'est possible !Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus sur XML.L'index du site.
 Manifestations XML francophones et internationales.L'actualité des affaires et stratégies XML.L'actualité des technologies XML.Les nouveautés et l'actualités de notre site.Pointeurs sur l'actualité XML sur d'autres sites, en français comme en anglais.


Perdu dans les espaces de noms

Répondez à cet article.

Essayons de sortir de la tornade de messages qui tournoient sur XML-DEV et xml-uri@w3.org, pour prendre du recul et dégager les premières tendances du débat...

Par Eric van der Vlist, Dyomedea (vdv@dyomedea.com).
samedi 20 mai 2000

La discussion est obscurcie par l'enchevêtrement de trois discussions de niveaux différents :

Au deuxième étage, il y a la confrontation entre la vision d'un web sémantique défendue par Tim Berners-Lee : "le point crucial est de reconnaître que l'identificateur d'espace de noms identifie le langage du message et donc indirectement sa signification" avec une conception plus focalisée d'une utilisation des espaces de noms strictement conforme à la recommandation telle que l'exprime Jonathan Robie : "pour moi les espaces de noms sont utilisés pour rendre non ambigus les noms et sont utilisés dans le processus d'analyse du document (tokenizing)" .

Au premier étage se livre un combat autours de la légitimité de l'utilisation des URIs des espaces de noms comme pointeurs sur des schémas XSchema et l'hypothèse implicite que la sémantique des documents XML seraient exclusivement représentée par des schémas XSchema excluant par là même l'utilisation d'autres descriptions (DTD, Relax, ...). Cette option, d'ores et déjà implémentée par certains outils Microsoft ne recueille pas l'approbation du groupe de travail XSchema comme l'indique David Cleary :

    "Le groupe de travail Schema ne soutient pas que les schémas soient pointés par les URIs des espaces de noms. C'est le rôle de l'attribut SchemaLocation. Ne prenez pas les opinions de certains comme le consensus au sein du groupe de travail Schema"."

Au rez-de-chaussée on livre encore bataille sur le point de départ de la discussion -point qui serait purement académique sans l'hypothèse que les URIs des espaces de noms peuvent être utilisés comme pointeurs sur des schémas- de l'utilsation de références relatives dans les URIs des espaces de noms. Ce débat est ancien ainsi que le montre des références indiquées par James Clark datant de 1998 alors que les espaces de noms n'étaient encore qu'au stade de version de travail.

Plusieurs messages proposent des plans de sortie de crise.

Simon St.Laurent a proposé un "status quo" respectant une lecture stricte de la recommandation tout introduisant une certaine souplesse autours des utilisations possibles des URIs ds espaces de noms : "d'après mon interprétation de la recommandation, les URIs relatives sont autorisées pour les espaces de noms XML, mais les espaces de noms seront comparés en tant que chaînes de caractères -caractère par caractère- et non convertis en adresses absolues. Les applications qui veulent aller plus loin peuvent prendre la responsabilité de résoudre ces URIs pour accéder à un schéma, un "package" ou un recueil d'histoires drôles" .

David Cleary suggère de séparer les URIs de l'association d'un schéma : "des attributs de la forme xmlns-binding:namespace-prefix="associated-uri-reference" seraient utilisés pour déclarer que l' associated-uri-reference est associée à l'espace de noms" .

Tim Berners-Lee reste favorable à la proposition de rendre absolue ou "absolutiser" (to absolutize) les URIs : "il y a une masse d'idées [qui montrent] que l'absolutisation est la chose à faire. Et également du code. Et des spécifications. On peut en dire autant de la comparaison littérale. La différence est que si nous décidons que les URIs ne sont pas vraiment des URIs, RDF s'écroule comme un château de cartes alors que si nous choisissons l'absolutisation, on n'aura probablement aucun document réel qui en souffrira" .

Après le plan de transition proposé précedemment par Tim Berners-Lee et sa réception un peu fraîche de la part de la liste de discussion xml-uri : "nous en sommes encore (dans les premières phases) de l'ouverture des portes conduisant aux problème et à ses implications. Après l' action sans précédent qu'est la création de la liste xml-uri et son ouverture au public, la hiérarchie du W3C n'est sûrement pas prête à adopter une solution à la va vite en suivant la ligne (supposée) de moindre résistance; n'est pas ?" on peut se demander comme le fait Joe Kesselman comment cela se terminera : "y a t'il un mécanisme quelconque par lequel nous déciderons que la liste a atteint ses objectifs, ou manqué de le faire ?" .

Copyright 2000, Eric van der Vlist.


 

Mots clés.



L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.


Les documents publiés sur ce site le sont sous licence "Open Content"
Conception graphique
  l.henriot  

Conception, réalisation et hébergement
Questions ou commentaires
  redacteurs@xmlfr.org