Accueil
 chercher             Plan du site             Info (English version) 
L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.Les listes de discussions XMLfr sont à votre disposition pour réagir sur nos articles ou simplement poser une question.Si vous ètes passionnée(e) par XML, pourquoi ne pas en faire votre métier ?XMLfr n'est heureusement pas le seul site où l'on parle de XML. Découvrez les autres grâce à XMLfr et à l'ODP.Les partenaires grâce auxquels XMLfr peut se développer.Pour tout savoir sur XMLfr.XMLfr sans fil, c'est possible !Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus sur XML.L'index du site.
 Manifestations XML francophones et internationales.L'actualité des affaires et stratégies XML.L'actualité des technologies XML.Les nouveautés et l'actualités de notre site.Pointeurs sur l'actualité XML sur d'autres sites, en français comme en anglais.


Est-il encore permis d'éditer un document XML avec un éditeur de texte?

Répondez à cet article.

Le Herald Tribunes révèle que Microsoft a déposé des brevets concernant l'utilisation d'éditeurs de texte pour l'édition de documents XML.

Eric van der Vlist, Dyomedea (vdv@dyomedea.com).
mardi 1er avril 2004

Ces dépôts de brevets effectués auprès des offices de brevets des principaux pays industrialisés (dont les Etats-Unis, l'Europe mais également l'Inde) concernent toute utilisation d'un éditeur de texte simple (tel que Notepad) qui exposent le balisage lors de l'édition des documents XML.

Il semble d'ores et déjà assuré que les dépôts de ces brevets soient acceptés aux Etats-Unis (la situation en Europe pouvant être influencée par les récentes décisions judiciaires concernant l'abus de position dominante de Microsoft).

Le communiqué de presse de ce dernier souligne que ces dépôts sont motivés par le souhait de protéger les utilisateurs de produits Microsoft des sociétés peu scrupuleuses qui auraient pu déposer de tels brevets. Les utilisateurs de Wordpad devraient donc pouvoir continuer à utiliser leur éditeur de texte favori.

La notion d'éditeur de texte simple semble par contre faire encore l'objet de débats et certains produits semblent ne correspondre que partiellement à cette définition :

  • Des éditeurs tels que oXygen ou Topologi sont des éditeurs XML mais exposent les balises.
  • D'autres tels Epic ou XML Spy encouragent l'utilisation de modes d'édition masquant les balises mais permettent également de les visualiser.
  • enfin, qu'en est-il d'éditeurs tels que Emacs ou VIM qui sont des éditeurs de texte « simples » disposant de modes d'édition XML?

Les seuls éditeurs XML qui sont indéniablement en dehors de champ de ces brevets sont donc les rares outils qui n'offrent aucun accès au balisage des documents. Ainsi, Pixware se félicite de l'avantage concurrentiel que ce brevet confère à son éditeur maison (XXE) et indique avoir « senti venir le coup » et s'être toujours refusé à implémenter la visualisation du source XML pourtant réclamé par de nombreux utilisateurs.

La position de Mandrake est très voisine, puisque la société qui sort tout juste de redressement judiciaire et n'a pas les moyens de négocier avec Microsoft déclare que les utilisateurs qui éditent des documents XML avec des éditeurs de texte ne font pas partie de la cible d'une distribution Linux qui privilégie la qualité et la simplicité de son interface utilisateur et le feront à leurs risques et périls.

Red Hat semble pour sa part vouloir tirer partie de ce brevet pour fidèliser ses clients « enterprise » et annonce que ceux-ci seront couverts par la licence d'utilisation déjà acquise auprès de Microsoft.

De leur côté, Apple et Novell ont confirmé l'engagement de discussions avec Microsoft pour acquérir les droits d'utilisation de ces brevets pour les utilisateurs Mac OS-X et Suze,

Les discussions enflammées sur la liste des développeurs Debian s'orientent vers le déport dans la section « non-free » (réservée aux applications publiées sous licences dont le caractère open source est douteux et dont l'utilisation est déconseillée) de tous les éditeurs de texte simples et la création de versions spécifiques refusant de charger et de sauvegarder les documents XML bien formés et pouvant rester dans la section « free ». Les packages « vim-free » et « emacs-free » respectant ce principe devraient être prochainement disponibles. Ironiquement, ils permettront l'édition de documents Word sauvegardés au pseudo-format « HTML » qui rappelons le n'est ni du HTML ni du XML.

Terminons cette liste de réactions par celle de Richard Stallman qui a réagi violemment, affirmant qu'après les brevets similaires concernant l'utilisation dans les suites bureautiques, ce dépôt était la goutte qui faisait déborder le vase et prouvait qu'un standard défini par un consortium d'industriels ne pouvait pas être véritablement libre et ouvert.

Il annonce la mise en chantier de GNUML, un langage de balisage libre comme la parole et la bière, défini par la FSF (Free Softwate Fundation) et ne pouvant être utilisé que par des applications publiées sous licence GPL.

Autres articles :

Sur d'autres sites :

Copyright 2004, Eric van der Vlist.


 

Mots clés.



L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.


Les documents publiés sur ce site le sont sous licence "Open Content"
Conception graphique
  l.henriot  

Conception, réalisation et hébergement
Questions ou commentaires
  redacteurs@xmlfr.org