Accueil
 chercher             Plan du site             Info (English version) 
L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.Les listes de discussions XMLfr sont à votre disposition pour réagir sur nos articles ou simplement poser une question.Si vous ètes passionnée(e) par XML, pourquoi ne pas en faire votre métier ?XMLfr n'est heureusement pas le seul site où l'on parle de XML. Découvrez les autres grâce à XMLfr et à l'ODP.Les partenaires grâce auxquels XMLfr peut se développer.Pour tout savoir sur XMLfr.XMLfr sans fil, c'est possible !Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus sur XML.L'index du site.
 Manifestations XML francophones et internationales.L'actualité des affaires et stratégies XML.L'actualité des technologies XML.Les nouveautés et l'actualités de notre site.Pointeurs sur l'actualité XML sur d'autres sites, en français comme en anglais.


Téléprocédures DGI, bousculade à "l'e-guichet" !

Répondez à cet article.

Les télédéclarations, TVA et impôt sur les bénéfices, sont désormais obligatoires pour les entreprises réalisant plus de 15 M d'Euros de CA annuel, et en particulier pour les 400 grands groupes dépendant, au sein de la DGI, de la nouvelle DGE (Direction des Grandes Entreprises).

Extrait de VendrEDI, la lettre mensuelle gratuite de Claude Chiaramonti, qui contribue au passage de l'EDI traditionnel (Edifact et RVA) à XML sur Internet. Pour s'abonner : courrier.vendredi@worldnet.fr
mardi 29 janvier 2002

De plus et surtout, les entreprises et PME volontaires peuvent télédéclarer, elles-aussi. Deux modalités possibles : EDI en Edifact ou EFI, formulaire électronique rempli à l'écran, mais se traduisant aussi par la réception à la DGI des données d'un message Edifact transmis par le portail déclaratif EDI.

Les chiffres, provisoires : de 4400 déclarations en EDI et 6500 en EFI en novembre, on est passé à 5000 en EDI et 38000 en EFI en décembre. En effet, déclaration et paiement en EFI avec certificat numérique personnel valant signature, est plus simple pour une PME. L'EDI, lui, est bien adapté aux déclarations faites en série par les cabinets d'experts-comptables et aux grandes entreprises consolidant leurs filiales, surtout si elles sont déjà " édifiées ".

Mais la date butoir du 1er janvier 2002 sur la TVA s'est malencontreusement télescopée pour la DGI avec le développement de la déclaration de bénéfices 2001, les deux dépendant de la même équipe. Résultat, EDI-TVA ne s'installe pas dans les meilleures conditions et EDI-TDFC (bénéfices) sur 2001 ne sera pas prêt à temps, c'est à dire pour avril.

Conséquence : l'amende de 0,2% qui devait être infligée aux retardataires d'EDI-TVA dès le 1er janvier ne le sera que dans un mois et la DGI elle-même prévient les entreprises qu'elle ne pourra pas tenir les délais pour EDI-TDFC. Les données à déclarer changeant à chaque loi de finances, il faut le temps de modifier les programmes et de déployer ! D'autant que les responsabilités au sein de la DGI sont éclatées entre quatre services informatiques, études TVA et TDFC, réalisation et exploitation !

Mais au-delà de ces difficultés, il faut rendre hommage au dialogue "gagnant-gagnant" qu'a su nouer la DGI avec les entreprises au sein d'Edificas animée par les experts-comptables. En Edifact !

Liens:

Autres articles:

Copyright 2002, Claude Chiaramonti, EDItorialiste de VendrEDI.


 

Mots clés.



L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.


Les documents publiés sur ce site le sont sous licence "Open Content"
Conception graphique
  l.henriot  

Conception, réalisation et hébergement
Questions ou commentaires
  redacteurs@xmlfr.org