Accueil
 chercher             Plan du site             Info (English version) 
L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.Les listes de discussions XMLfr sont à votre disposition pour réagir sur nos articles ou simplement poser une question.Si vous ètes passionnée(e) par XML, pourquoi ne pas en faire votre métier ?XMLfr n'est heureusement pas le seul site où l'on parle de XML. Découvrez les autres grâce à XMLfr et à l'ODP.Les partenaires grâce auxquels XMLfr peut se développer.Pour tout savoir sur XMLfr.XMLfr sans fil, c'est possible !Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus sur XML.L'index du site.
 Manifestations XML francophones et internationales.L'actualité des affaires et stratégies XML.L'actualité des technologies XML.Les nouveautés et l'actualités de notre site.Pointeurs sur l'actualité XML sur d'autres sites, en français comme en anglais.


XMLhuman readable: Balises (tags) codées  ?

Répondez à cet article.

XML s'est annoncé comme " human readable ", ce qui semble sympathique, a priori, mais à la réflexion paraît plutôt être sans intérêt réel !

Extrait de VendrEDI, la lettre mensuelle gratuite de Claude Chiaramonti, qui contribue au passage de l'EDI traditionnel (Edifact et RVA) à XML sur Internet. Pour s'abonner : courrier.vendredi@worldnet.fr
mardi 20 février 2001

La question est : " readable par qui ? " Sûrement pas par les utilisateurs pour qui une arborescence XML apparaîtra tout autant illisible qu'un message Edifact ! Par ceux qui mettent au point un schéma XML, alors ? Mais ces " designers " seront plutôt agacés par des balises (tags) leur rappelant sans cesse en clair ce qu'ils sont en train de manipuler !

En fait, la séparation dans XML entre structure et présentation devrait se retrouver dans les balises  définissant chaque élément : au niveau structure, un code serait suffisant pour les balises d'un schéma ou message XML, le libellé de ces balises étant trouvé, par exemple grâce à une transformation XSLT, dans autant de feuilles XSL (accompagnant au départ les schémas) que de langues, français notamment.

Les concepteurs de messages Edifact se débrouillent très bien du caractère codé des données et de leurs  listes de codes, les utilisateurs, eux, disposant du couple code-libellé en clair dans les guides d'utilisation. Il devrait en être de même pour XML.

Ce codage des balises XML, n'aurait donc pas d'inconvénient mais pourrait comporter des avantages :

  • les codes Edifact pourraient être utilisés, selon une proposition de Marc Langlois, Délégué Général d'Edifrance, ce qui assurerait automatiquement la reprise de la sémantique Edifact dans XML ;
  • les balises seraient moins longues et coûteuses à transmettre lors de chaque message ;
  • un code pour chaque élément XML renvoyant à un répertoire central, par exemple un TDID commun Edifact-X12, serait plus efficace que les " namespaces " dispersés et pouvant être vides ;
  • l'alignement général sur l'anglo-américain serait battu en brèche à la condition de disposer d'un référentiel multilingue du type BSR permettant de vérifier, pour une balise codée, qu'un libellé français et un libellé anglais se réfèrent bien au même concept et que donc aucune ambiguïté n'est à craindre.

Autres articles:

Réponses:

Copyright 2001, Claude Chiaramonti, EDItorialiste de VendrEDI.


 

Mots clés.



L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.


Les documents publiés sur ce site le sont sous licence "Open Content"
Conception graphique
  l.henriot  

Conception, réalisation et hébergement
Questions ou commentaires
  redacteurs@xmlfr.org