Accueil
 chercher             Plan du site             Info (English version) 
L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.Les listes de discussions XMLfr sont à votre disposition pour réagir sur nos articles ou simplement poser une question.Si vous ètes passionnée(e) par XML, pourquoi ne pas en faire votre métier ?XMLfr n'est heureusement pas le seul site où l'on parle de XML. Découvrez les autres grâce à XMLfr et à l'ODP.Les partenaires grâce auxquels XMLfr peut se développer.Pour tout savoir sur XMLfr.XMLfr sans fil, c'est possible !Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus sur XML.L'index du site.
 Manifestations XML francophones et internationales.L'actualité des affaires et stratégies XML.L'actualité des technologies XML.Les nouveautés et l'actualités de notre site.Pointeurs sur l'actualité XML sur d'autres sites, en français comme en anglais.


ebXML cherche toujours une langue universelle.

Répondez à cet article.

Après avoir suggéré que des identifiants universels (UID) soient ajoutés aux éléments XML pour laisser le choix des noms de leur langue et de leur encodage aux concepteurs d'applications, le débat a rebondi sur la liste de discussions ebXML à propos du manque de lisibilité des UIDs "inintelligents" pour couvrir de nombreux points très controversés.

Eric van der Vlist, Dyomedea (vdv@dyomedea.com).
jeudi 1er février 2001

La langue, l'encodage et le sens des noms de balises XML sont des questions controversées, souvent débattues et d'autant plus importantes pour ebXML que son objectif et sa parenté avec les Nations Unies l'obligent à définir un standard universel et compréhensible par tous les habitants de cette planète.

Pour contourner ce problème, il a été proposé d'ajouter dans tous les éléments un attribut faisant référence à un identifiant universel (UID) et dont la valeur pourrait être fixée au niveau de la DTD.

Chaque élément aurait donc à la fois un nom rendant le document lisible et un identifiant le rendant interprétable sans ambiguïté par les applications.

La proposition a donné lieu à un vif débat, notamment après la mise en cause par William Kammerer de l'utilisation de noms non anglais:

    "A la place de donner des exemples fantaisistes (comme celui du marchand Thaï qui voudrait vraiment bricoler en XML – il ou elle préférerait sans doute utiliser un logiciel standard et abordable), peut être que Duane et David peuvent démontrer comment ces BizCodes ou UIDs pourraient être utilisés pour rendre les messages RosettaNet (ou OTA ou SWIFTXML) compréhensibles dans le contexte de composants de base ebXML."

qui ne semble pas vouloir utiliser des UTDs n'ayant aucune signification:

    "En conséquence, nous n'avons pas encore besoin d'éliminer l'utilisation de balises utilisant un vocabulaire limité comme celui qui est défini dans le Basic Sematics Register (BSR). Cela éviterait le désagrément de l'indirection rendue nécessaire par des UIDs et BizCodes  inintelligents. Par inintelligents, je ne veux pas dire que la proposition de Duane est stupide, mais simplement que l'UID par lui-même ne donne aucune indication sur son sens."

Mais, affirme  Irvin Chmielewski, ce manque de sens est également un avantage:

    "Un des principaux problèmes que nous avons trouvés dans le passé avec des langages naturels est qu'un mot peut avoir des sens différents. "

Et Duane Nickullexplique pourquoi l'on ne peut pas utiliser les espaces de noms à la place des UIDs:

    "Un espace de noms XML ne dit rien d'utile à un parseur."

    "Un espace de noms XML ne donne aucune indication sémantique au sujet d'un élément."

    "La seule chose que la valeur d'un espace de noms XML fasse est de permettre à un programmeur d'écrire une routine qui puisse dire à une application que le domaine d'un élément est différent de celui d'un autre élément grâce au fait que l'attribut d'espace de noms est unique (je veux dire l'URL qu'il contient). Il n'y a aucune règle qui dise que les URLs doivent pointer sur quoique ce soit qui fournisse des règles sémantiques."

    "Les UIDs, comme nous les envisageons pour ebXML auront cette vocation."

Le débat se poursuit, mais il semble, en fin de compte, que le langage le plus universel se réduise à une suite de chiffres!

Copyright 2001, Eric van der Vlist.


 

Mots clés.



L'histoire de XML s'écrit en ce moment même. XMLfr vous aide à la suivre et à en dégager les tendances.


Les documents publiés sur ce site le sont sous licence "Open Content"
Conception graphique
  l.henriot  

Conception, réalisation et hébergement
Questions ou commentaires
  redacteurs@xmlfr.org